Maitre NOCQUET - AIKIDO BONSON SAINT ETIENNE

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Maitre NOCQUET

Maitre NOCQUET
 
 

André NOCQUET est né le 30 juillet 1914  dans les Deux-Sèvres. C’est à l' âge de 16 ans qu’il découvre  le Ju-Jitsu  En 1937, il devient l'élève du professeur Moshe FELDENKRAIS, un Israélien fondateur du Jiu-jitsu Club de France. Ce dernier invite dans son dojo parisien le fondateur du Judo français, le Maître Japonais Mikinosuke KAWAI  SHI.
Immédiatement séduit, André Nocquet devient son dix-septième élève ! En 1940, André NOCQUET est fait prisonnier à la bataille de Dunkerque. Il s'évade le 11 octobre 1943 et rejoint la France, où, sous le nom de Jean Hervé, il rejoint les Forces Françaises de la Résistance .
En 1945, à la Libération,  NOCQUET est demandé par la Police de Bordeaux, pour la formation de ses moniteurs au Judo et au Jiu-Jitsu. Il crée, cette même année, le Judo-club de Bordeaux et le stage international de Judo de Biarritz, sous la direction technique de Maître KAWAISHI. Le 12 septembre 1946, il obtient après examen, la 56ème ceinture noire de France de Judo et de Self-défense ! Il enseigne au Judo-club de Bordeaux jusqu’à sa rencontre en décembre 1951 avec Minoru MOCHIZUKI lors de son passage en France. Il débute l’étude de l’Aïkido, sous la direction de Tadashi ABE en 1952 et devient l’un des premiers pratiquants d’Aïkido en France !
André NOCQUET développe le Judo et le Jiu-jitsu dans l'Ouest et le Sud-ouest de la France, et forme la plupart des professeurs de Judo de ces régions jusqu'en 1955, où il est invité au Japon en tant qu’élève interne (uchi deshi) grâce aux recommandations de Tadashi ABE.
 
Il rencontre alors Georges DUHAMEL de l'Académie Française,. Ce dernier le charge d’une mission culturelle : il lui demande d'étudier d'une part, l’aïkido, puis d'autre part, les méthodes japonaises, inconnues en France, de kinésithérapie, de massage et de gymnastique médicale, telles que le Shiatsu, le Seitai,    
 
11 juin 1955, il devient officiellement "uchi deshi" à l’Aïkikaï Hombu Dojo de Tokyo. Pratiquant sérieusement la discipline il devient à 41 ans, le premier étudiant étranger du fondateur Morihei UESHIBA ! André  Nocquet s’entraîne intensivement au Hombu dojo et à Iwama, en compagnie d' autres uchi deshi, notamment Nobuyoshi TAMURA  et Masamichi NORO.
28 septembre 1955 à la demande d'O Sensei, il donne une conférence au Centre mondial sur l'aspect spirituel et technique de l'Aïkido.  il utilise ses   périodes de repos pour élargir sa connaissance des arts martiaux auprès de Kenji TOMIKI et Masutatsu OYAMA), et des disciplines de santé japonaises .
A la suite de son séjour au Japon, il est certifié "Maître d'Aïkido" par l’Aikikai So Hombu le 14 octobre 1957. Il obtient également un certificat de Maître TOMIKI, chargé de l’enseignement de la self-défense au Kodokan ; ainsi qu'un diplôme de l’Institut Japonais de Masso-kinésithérapie et d’Hygiène portant sur la connaissance du shiatsu, du seitai et des méthodes du Docteur NISHI.
20 décembre 1957, Maître NOCQUET se rend aux États-Unis, où il dispense des cours et des démonstrations d'Aïkido aux Instructeurs de self-défense spécialisés de la police de Fresno en Californie.
Au cours de l'été 1958, NOCQUET Senseï  fait un compte rendu détaillé de ses études à Georges DUHAMEL, sur l'aspect spirituel de l’Aïkido et sur les méthodes japonaises de kinésithérapie, de massage et de réanimation. Mr DUHAMEL lui demande alors d'entreprendre des recherches sur les arts martiaux dans tous les pays d'Europe occidentale depuis le XVème siècle.
Désormais 4ème dan d'aikido, Maître NOCQUET est nommé Conseiller technique de la "Fédération Française d'Aïki Budo" par Tadashi ABE. Puis à la veille de son retour au Japon, ce dernier, le désigne comme son successeur le 10 décembre 1959.

                                                                                                                                                      
                       suite
 
 
Copyright 2016. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu